News

Veille scientifique et développement, le CSRS porte son regard sur le quinquennat 2019-2023

Dans un contexte de transition, les chercheurs et employés du CSRS se sont penchés 3 jours durant sur la vie de l’institution à l’occasion de la retraite annuelle du CSRS. Instituée depuis 2011 par la Direction Générale du CSRS, la retraite annuelle 2018 s’est tenue du 13 au 15 mai à Tiassalé, ville du centre de la Côte d’Ivoire qui abrite l’une des cinq (5) stations de recherche du CSRS. Les 32 participants (chefs de services, chefs de groupes et unités) à cette retraite avaient pour mission d’évaluer le plan 2014-2018 et consolider le plan stratégique du CSRS qui portera sur la période 2019-2023. En effet, la Direction Générale du CSRS a initié depuis fin 2017 un processus participatif et consultatif pour l’élaboration du plan. En plus de s’appuyer sur les succès et les limites du précédent plan, l’actuel devra répondre aux contraintes d’intensification de la mobilisation de ressources, de renforcement de la qualité de la production scientifique et d’une plus grande ouverture sous-régionale et internationale de l’institution. Cette réflexion stratégique se conduit dans un contexte de transition de l’institution. En effet, en juillet 2018 se fera la passation officielle entre le Prof. Bassirou Bonfoh, actuel Directeur Général du CSRS depuis 2009 et le Prof. Inza Koné nouveau Directeur Général désigné par le Conseil d’Administrations. Organisé en activités plénières et groupes de réflexion, les participants à la retraite 2018 ont travaillé à la reformulation des Domaines d’Activités Principales (DAP) du CSRS, à la définition d’une stratégie de réduction et charges et d’accroissement des ressources et à la définition d’une stratégie de recherche scientifique plus ouverte sur la sous-région et le monde.  La Direction Générale du CSRS s’est réjoui de l’intensité des interactions et des contributions de qualité. Plusieurs matrices stratégiques ont été développées et discutées selon les différents axes de réflexions. En marge de ces travaux, les participants ont visité les différentes installations de la station du CSRS à Tiassalé. A ce jour le CSRS a installé à Tiassalé un centre de compostage et des cases expérimentales servant aux tests d’efficacité des insecticides contre les vecteurs de paludisme. A ces deux installations s’est récemment ajouté un laboratoire aux normes de bonnes pratiques de laboratoires. Ledit laboratoire vient couronner les capacités du CSRS à évaluer les insecticides en phase I (laboratoire), phase II (case expérimentale) et phase III (communautaire). Il est constitué de deux grands bâtiments plus un insectarium et une animalerie construits sur une superficie de 12000 m2. La zone de Tiassalé a été tristement célèbre avec l’identification du seul moustique au monde résistant aux 4 types d’insecticides homologués par l’OMS depuis trois décennies. Cependant, avec l’avancée de la recherche, l’évaluation de nouvelles formulations d’insecticide conduite depuis cette dernière décennie à Tiassalé a ainsi permis de déboucher sur la toute nouvelle génération d’insecticide pour les aspersions intra-domiciliaires. Cette nouvelle formulation validée par l’OMS grâce aux concours du CSRS et ses partenaires sera mis sur le marché au grand bonheur des populations des zones à risque ou zones endémiques de l’Afrique et du monde.

FacebookTwitterGoogle Plus