PASRES
  • PASRESBâtiment principal du Centre Suisse, qui accueille le Sécrétariat Exécutif du PASRES.
  • PASRESContribuer à l'émergence d'un Fonds National pour la Science, la Technologie et l'Innovation (FONSTI) en Côte d'Ivoire.
  • PASRESFinancer des projets de recherche dans divers domaines scientifiques.
  • PASRESPromouvoir le renforcement des capacités des chercheurs.
  • PASRESFaciliter les échanges Sud/Sud et Nord/Sud.
  • PASRESPromouvoir les résultats de recherche des structures de recherche par des appuis multiformes.
  • PASRESLe PASRES vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2019.
PASRES1 PASRES2 PASRES3 PASRES4 PASRES5 PASRES6 PASRES7
css slider by WOWSlider.com v5.5

TIEMOKO Touré Dro

Dynamique saisonnière des concentrations de C02 et de CH4 en région tropicale humide : sensibilité aux feux de biomasse régionaux et impact sur le climat.

Dynamique saisonnière des concentrations de C02 et de CH4 en région tropicale humide : sensibilité aux feux de biomasse régionaux et impact sur le climat.

Les études menées jusqu’à présent (GIEC, 2007) sur l’implication des Gaz à Effet de serre (GES) dans le réchauffement planétaire observé et les différents rapports (COP 21, etc) suscités dans ce domaine ont montré clairement que les GES sont responsables du changement climatique en cours. Les impacts et effets de ces GES se font ressentir plus fortement en Afrique la rendant ainsi très vulnérable. C’est pourquoi de nombreux pays africains à l’instar de ceux de l’Europe, d’Amérique et d’Asie ont déposé auprès de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) leurs contributions prévues déterminées au niveau national. Il s’agit concrètement du plan d’action que chaque pays entend exécuter au niveau local pour diminuer sa production des gaz à effet de serre (GES) et contribuer ainsi à l’atténuation du réchauffement climatique. Cependant, le cycle du carbone et les différentes sources d’émissions des GES ne sont pas bien connues.  La modélisation numérique qui était porté sur les études d’émission, de transport atmosphérique et d’impact climatique des composants à effet de serre en Afrique, s’est basée sur des données expérimentales en nombres limitées et souvent incomplètes, accentuant ainsi notre difficulté à quantifier, comprendre et prédire le cycle du carbone mais aussi celui du CH4 dans l’atmosphère. Actuellement, des questions demeurent malgré les multiples actions menées : Il s’agit de : (i) Quels sont les changements climatiques prédits pour un doublement actuel du taux de CO2 et CH4 ? (ii) Dans quelles mesures ces changements vont-ils affecter les zones d’étude et se répercuter sur les variables climatiques locales, affectant ainsi la vie des populations?, (iii) Quelle sera l’impact de l’intensité des feux de biomasse sur la dynamique saisonnière de la concentration du CO2 et du CH4? Et enfin, (iv) Y a-t-il une possible relation de cause à effet entre ces gaz à effet de serre et la température de l’air ?  Ce projet de thèse apportera des réponses claires et précises à la majorité de ces interrogations et éclairera les décideurs et toutes les parties prenantes sur les outils de résilience et d’adaptation au changement climatique dû aux Gaz à Effet de Serre.