PASRES
  • PASRESBâtiment principal du Centre Suisse, qui accueille le Sécrétariat Exécutif du PASRES.
  • PASRESContribuer à l'émergence du Fonds pour la Science, la Technologie et l'Innovation (FONSTI) en Côte d'Ivoire.
  • PASRESFinancer des projets de recherche dans divers domaines scientifiques.
  • PASRESPromouvoir le renforcement des capacités des chercheurs.
  • PASRESFaciliter les échanges Sud/Sud et Nord/Sud.
  • PASRESPromouvoir les résultats de recherche des structures de recherche par des appuis multiformes.
  • PASRESLe PASRES vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2020.
  • PASRESProtégeons-nous contre le CORONAVIRUS.
PASRES1 PASRES2 PASRES3 PASRES4 PASRES5 PASRES6 PASRES7 PASRES8
css slider by WOWSlider.com v5.5

KOFFI Alexandre Franklin

Insectes nécrophages en zone guinéenne de Côte d’Ivoire : inventaire et dynamique des populations en vue de leur utilisation en expertise d’entomologie médico-légale

A- Présentation


Monsieur KOFFI Alexandre Franklin est Entomologiste, Fonctionnaire en poste depuis Octobre 2002, au Service de Lutte contre les vecteurs de maladie humaine de l’Institut National d’Hygiène Publique (INHP-Abidjan).  Il a été de 2003 à 2009, Chercheur Consultant auprès de la Direction de la Protection des Végétaux (DPV) du Ministère de l’Agriculture, pour l’homologation en Côte d’Ivoire, des produits pesticides d’hygiène publique. De 2009 à 2012, il a été Coordonnateur pour l’INHP, du projet opérationnel de lutte anti vectorielle dans les maisons d’arrêt et de correction de Côte d’Ivoire. De 2013 à 2015, il a été Coordonnateur pour l’INHP, du projet national des opérations d’exhumation des corps des victimes et des restes humains de la crise post-électorale de 2010-2011, qui se sont déroulées aussi bien dans le district d’Abidjan que dans l’ouest de la Côte d’Ivoire.  Ses travaux actuels de recherche portent sur les insectes nécrophages de Côte d’Ivoire, en vue de leur utilisation en expertise d’Entomologie Médico-légale. Il est titulaire d'une Maitrise en Zoologie-Biologie Animale et d'un D.E.A. en Entomologie Générale de l'Université Félix Houphouët Boigny (anciennement Université de Cocody-Abidjan). Il est marié et père de 05 enfants.

 

B- Activités réalisées dans le cadre du projet PASRES


Intitulé du projet de recherche

Insectes nécrophages en zone guinéenne de Côte d’Ivoire : inventaire et dynamique des populations en vue de leur utilisation en expertise d’entomologie médico-légale.

 

Cadre Justificatif du projet

Selon un rapport des Nations-Unies, datant de 2005 et intitulé « Criminalité et développement en Afrique », la faiblesse des moyens des systèmes de justice pénale, dans les pays d’Afrique sub-saharienne, constitue une des facteurs liés à la criminalité (1). L’absence de moyens et méthodes d’investigation appropriés, fait que la probabilité qu’un meurtre débouche sur une condamnation est bien moindre en Afrique que dans d’autres régions du monde (2). Ce qui encourage les crimes en général et les meurtres ou homicides en particulier (3).

Si le développement est le processus qui permet l’évolution des sociétés, alors la criminalité agit comme une sorte d’«anti-développement », et détruit les rapports de confiance sur lesquels repose la société. Ainsi, les conséquences fâcheuses de la criminalité sur le développement d’un pays, s’étendent au niveau social et humain, ainsi qu’au niveau économique (4) (5) (6). Au plan économique, selon le service « Riskwire » (évaluation des risques) de « Economist Intelligence Unit », la criminalité et la faiblesse des systèmes de justice pénale découragent tout simplement les investissements sur le continent africain (7).

Il apparaît alors urgent de pallier ce déficit en mettent à la disposition de la justice pénale, des moyens modernes d’investigations, à savoir les sciences criminalistiques et médico-légales dont l’entomologie forensique, appelée aussi entomologie médico-légale. L'entomologie médico-légale est une branche de l’Entomologie qui regroupe tous les aspects de l'utilisation des insectes nécrophages au service de la justice pénale. Elle permet, à partir d’insectes nécrophages trouvés sur un cadavre, de dater le décès. Ce qui est un préalable, pour toute enquête judiciaire qui débute en principe, avec deux questions essentielles : à quand remonte le décès et quelles en sont les causes ?

Dans ces conditions, l’utilisation des insectes pour dater un décès suppose une parfaite connaissance, non seulement de leur position systématique, mais aussi et surtout de certains aspects de leur biologie et de leur écologie. Or, en Côte d’Ivoire, aucun travail répertoriant les insectes nécrophages n’a été fait jusqu’ici. De plus, il n’existe aucune collection de référence en la matière. C’est la raison pour laquelle les travaux de recherche que nous proposons dans le cadre de ce projet, ont pour objectif de combler ce vide.

 

Résumé du projet

L’objectif global de notre projet de recherche est de faire un inventaire des espèces d’insectes nécrophages et d’établir une base de données locale permettant l’utilisation de ces derniers, à moyen et long termes, dans une expertise entomologique pour dater les décès. Plus spécifiquement, ce projet vise à faire un inventaire de la faune entomologique nécrophage existant en Côte d’Ivoire, à réaliser une collection de référence des insectes nécrophages de Côte d’Ivoire, à étudier l’influence des paramètres climatiques sur les variations des niveaux populationnels de diptères nécrophages en Côte d’Ivoire, à établir la contribution des différents groupes d’insectes dans le proce