PASRES
  • PASRESBâtiment principal du Centre Suisse, qui accueille le Sécrétariat Exécutif du PASRES.
  • PASRESContribuer à l'émergence d'un Fonds National pour la Science, la Technologie et l'Innovation (FONSTI) en Côte d'Ivoire.
  • PASRESFinancer des projets de recherche dans divers domaines scientifiques.
  • PASRESPromouvoir le renforcement des capacités des chercheurs.
  • PASRESFaciliter les échanges Sud/Sud et Nord/Sud.
  • PASRESPromouvoir les résultats de recherche des structures de recherche par des appuis multiformes.
  • PASRESLe PASRES vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2019.
PASRES1 PASRES2 PASRES3 PASRES4 PASRES5 PASRES6 PASRES7
css slider by WOWSlider.com v5.5
Posté le : 31/10/2018

Séance d’évaluation du projet de SIDIBE Ousmane

Ce Mercredi 31 aout 2018, a eu lieu au CSRS, la séance d’évaluation de monsieur Sidibé Ousmane.

Cette séance a enregistré la participation des personnalités suivantes :

- Professeur BIAKA Zasséli, président du comité de pilotage

- Professeur ADOHI Viviane, présidente du conseil scientifique

- Professeur KAMANZI Kagoyiré, responsable du domaine Environnement et Biodiversité

- Professeur KOUASSI Henri, superviseur scientifique de Mr Sidibé Ousmane.

- Docteur SANGARE Yaya, Secrétaire Exécutif du PASRES

- Docteur TRA BI Eric, Chargé d’Etudes du PASRES

- Mlle Kouadio Oriane, Responsable Projet au PASRES

 La réunion a été présidée par le Docteur Adohi, Présidente du Conseil Scientifique du PASRES, a présenté les personnes impliquées dans la séance d’évaluation, avant de donner la parole à l’impétrant.

Ce dernier a présenté son travail en quatre points portant sur l’impact de la décennie de crise politico-militaire sur la dynamique de la flore et de la végétation du parc national du mont Péko.

Après son exposé, les évaluateurs ont jeté un regard critique sur le travail du porteur de projet. Pour le professeur Kamanzi, le projet est opportun et a été mené dans des conditions satisfaisantes. Il relate pertinemment les difficultés qui existent réellement au niveau du mont Péko. Elle a tenu à cet effet à féliciter le lauréat. Le superviseur scientifique, quant à lui, a insisté sur l’inadéquation des limites actuelles du parc avec les prévisions du Gouvernement. Ce qui cause d’énormes obstacles à la délimitation du parc.

Quant au professeur Biaka, il a remercié le lauréat pour le travail de qualité qu’il a réalisé. Néanmoins, il a signifié que ce dernier devrait commenter plus clairement les graphiques utilisés dans son rapport d’activités, afin de faciliter la compréhension du document.

En ce qui concerne le Professeur Adohi, elle a s’est interrogée sur la faisabilité des inventaires de la composition floristique du parc restant à réaliser. Sur ce point, le lauréat a rassuré les intervenants quant aux initiatives prises pour la réalisation de cet objectif assigné à son projet, dans les meilleurs délais. Pour clore son propos, elle a relevé que, compte tenu de la persistance des occupations clandestines, le reboisement de la végétation du parc risque d’être difficile.

Pour sa part, il a affirmé qu’il est important d’avoir une idée exacte des limites du mont Péko. Enfin, il a conclu qu’il n’y a aucune observation particulière relativement au point financier établi par le lauréat et la comptabilité du PASRES.

Après délibération, le jury d’évaluation a décidé de la, poursuite des décaissements du financement du projet en renouvelant les félicitations au lauréat.