PASRES
  • PASRESBâtiment principal du Centre Suisse, qui accueille le Sécrétariat Exécutif du PASRES.
  • PASRESContribuer à l'émergence d'un Fonds National pour la Science, la Technologie et l'Innovation (FONSTI) en Côte d'Ivoire.
  • PASRESFinancer des projets de recherche dans divers domaines scientifiques.
  • PASRESPromouvoir le renforcement des capacités des chercheurs.
  • PASRESFaciliter les échanges Sud/Sud et Nord/Sud.
  • PASRESPromouvoir les résultats de recherche des structures de recherche par des appuis multiformes.
  • PASRESLe PASRES vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2018.
PASRES1 PASRES2 PASRES3 PASRES4 PASRES5 PASRES6 PASRES7
css slider by WOWSlider.com v5.5
Posté le : 08/06/2018

PASRES: Evaluation du projet de monsieur Brou Kouamé Aristide

Ce mardi 5 juin 2018, au Centre Suisse de Recherche Scientifique (CSRS) sis à Adiopodoumé, s’est tenue la séance d’évaluation de doctorant Brou Kouamé Aristide, lauréat de la 2ème session 2015 du PASRES.

Cette séance d’évaluation a enregistré la participation des personnalités suivantes :

-Professeur BIAKA Zasséli Ignace, Président par intérim du Comité de Pilotage

-Professeur ABE N’doumy Noel, Superviseur Scientifique du lauréat

-Docteur SANGARE Yaya, Secrétaire Exécutif du PASRES

-Docteur TRA Bi Éric, Juriste Chargé d’Etudes au PASRES

-Mlle OUATTARA Zeinebou, Chargée du Suivi Evaluation

-Mlle COULIBALY Fatou, Assistante du Juriste Chargé d’Etudes au PASRES

 

Le thème du projet de Monsieur Brou Kouamé Aristide est le suivant « Pratiques médicamenteuses et résilience des malades face aux complications (hémiplégie et hémiparasie) de l’hypertension artérielle à Abidjan en Côte d’Ivoire)».

Lors de son exposé, le doctorant a présenté plusieurs résultats des recherches menées auprès des personnes hémiplégiques. Les conclusions principales de cette étude sont que, de plus en plus de jeunes souffrent de cette maladie, bouleversant ainsi les tendances observées jusque-là d’une part et que, le stress en est la première cause d’autre part.

Au niveau des groupes ethniques et des catégories professionnelles, il ressort que le groupe Akan et les enseignants sont les plus touchés.

Cette observation pose le problème des déterminants de la maladie tels que les habitudes alimentaires, l’environnement et les contraintes professionnelles.

Compte tenu du coût de la médecine moderne, les malades ont recours à des traitements alternatifs dont la médecine traditionnelle.

Le jury a souligné l’importance de ce projet et invité l’impétrant à tenir compte des observations formulées en raison de l’intérêt national que représente ce type de maladie devenu un problème de santé publique.

Au terme de cette séance d’évaluation, le Conseil Scientifique a autorisé la poursuite des décaissements.