PASRES
  • PASRESBâtiment principal du Centre Suisse, qui accueille le Sécrétariat Exécutif du PASRES.
  • PASRESContribuer à l'émergence d'un Fonds National pour la Science, la Technologie et l'Innovation (FONSTI) en Côte d'Ivoire.
  • PASRESFinancer des projets de recherche dans divers domaines scientifiques.
  • PASRESPromouvoir le renforcement des capacités des chercheurs.
  • PASRESFaciliter les échanges Sud/Sud et Nord/Sud.
  • PASRESPromouvoir les résultats de recherche des structures de recherche par des appuis multiformes.
  • PASRESLe PASRES vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2018.
PASRES1 PASRES2 PASRES3 PASRES4 PASRES5 PASRES6 PASRES7
css slider by WOWSlider.com v5.5
Posté le : 25/06/2018

PASRES: Évaluation des dossiers de bourse de mobilité Fellowship 2017 en Sciences Humaines

Le PASRES a procédé ce vendredi 22 juin 2018 à l’évaluation de deux (2) impétrants dans le domaine scientifique Sciences Humaines. La séance s’est tenue à Adiopodoumé, au sein du Centre Suisse de Recherches Scientifiques.

C’est donc la deuxième vague d’évaluation du programme de bourse de mobilité Fellowship 2017 du PASRES.

 Il s’est agi d’un passage des candidats devant le jury d’évaluation des soumissionnaires à la bourse de mobilité.

Ce jury était composé du :

-Professeur BIAKA Zasséli Ignace, Responsable du domaine Sciences Humaines au PASRES

-Professeur IBO Guéhi Jonas, spécialiste du domaine Sciences Humaines

- Docteur SANGARE Yaya, Secrétaire Exécutif du PASRES

Deux (2) impétrants du domaine scientifique « Sciences Humaines » ont présenté leurs projets de bourse de mobilité devant ce jury.

Les présentations ont duré quinze (15) minutes pour chacun des soumissionnaires.

La première présentation faite par le Docteur Adiko Francis a porté sur l’analyse des modes de coordinations des projets et programmes en lien avec la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

La deuxième présentation, portée par Mademoiselle Soro Fatoumata, s’est articulée autour de la problématique de l’urbanisation non maîtrisée et du désordre urbain dans les villes africaines : cas de Korhogo (Côte d’Ivoire) et de N’toum (Gabon).

 Elles ont été suivies d’une séance de questions-réponses à laquelle ont été soumis les impétrants dans l’optique d’une meilleure compréhension des objectifs, résultats attendus, de la méthodologie, du potentiel de valorisation et surtout de l’intérêt du déplacement et des travaux à réaliser dans les structures d’accueil à l’extérieur.