PASRES
  • PASRESBâtiment principal du Centre Suisse, qui accueille le Sécrétariat Exécutif du PASRES.
  • PASRESContribuer à l'émergence d'un Fonds National pour la Science, la Technologie et l'Innovation (FONSTI) en Côte d'Ivoire.
  • PASRESFinancer des projets de recherche dans divers domaines scientifiques.
  • PASRESPromouvoir le renforcement des capacités des chercheurs.
  • PASRESFaciliter les échanges Sud/Sud et Nord/Sud.
  • PASRESPromouvoir les résultats de recherche des structures de recherche par des appuis multiformes.
  • PASRESLe PASRES vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2018.
PASRES1 PASRES2 PASRES3 PASRES4 PASRES5 PASRES6 PASRES7
css slider by WOWSlider.com v5.5
Posté le : 24/08/2018

Séance d’évaluation du projet du docteur Sobia, en économie

Ce jeudi 23 aout 2018, a eu lieu au CIRES, la séance d’évaluation du docteur Sobia.

Cette séance a enregistré la participation des personnalités suivantes:

- Professeur BIAKA Zasseli, président du comité de pilotage

- Professeur ADOHI Viviane, présidente du conseil scientifique

- Professeur MAMA Ouattara

- Professeur WAUTABOUNA, superviseur scientifique du Docteur Sobia, enseignant à la  FASEG / UFHB et Directeur Général de l'Intégration  Africaine.

- Docteur SANGARE Yaya, Secrétaire Exécutif du PASRES

La réunion a été présidée par le Professeur Adohi, Présidente par intérim du Comité Scientifique du PASRES. Elle a commencé par présenter la table de séance, a planté le décor, puis a donné la parole au Docteur Sobia.

Celle-ci, a commencé par remercier le PASRES et présenté toutes les personnes qui ont travaillé sur la recherche qu’elle a pu faire, et les mémoires et thèses qui ont pu découler d’une telle recherche. Avant d’entré dans le vif du sujet, elle a précisé que compte tenu de la situation post crise et des contraintes climatiques en Côte d’Ivoire, la mise en œuvre du processus de recherche a été retardé et les résultats escomptés n’ont pas pu être obtenu dans les délais initialement prévus.

Durant son propos, elle a exposé les résultats, impacts, conclusions, recommandations et perspectives de son travail. Elle a souligné que l’étude s’est axée exclusivement sur l’amélioration de la production rizicole. Il ressort des recherches que la production rizicole, principale denrée alimentaire de base, face à une croissance démographique soutenue, doublée d’une urbanisation rapide, ne peut pas satisfaire la demande de la population. Par conséquent, elle est dépendante à plus de 40% de l’importation pour la couverture de ses besoins alimentaires en riz. Par ailleurs, son travail s’est attelé à comprendre et quantifier le lien entre les perturbations climatiques et la productivité rizicole afin de proposer des mécanismes d’adaptation aux fluctuations ; et à la demande grandissante en riz. Aussi, elle a évoqué la défaillance du gouvernement dans la mise en œuvre de politique d’amélioration de la productivité rizicole, et a insisté sur l’intérêt du rôle qu’il doit jouer.

Ensuite, après son exposé, le Professeur Biaka a renchéri en demandant au docteur Sobia de faire une analyse poussée sur la classification des types de riz en fonction de leur demande sur le marché ; afin que les productions soient en adéquation avec les attentes des consommateurs.

Le Docteur Sangaré, Secrétaire Exécutif du PASRES, a quant à lui insisté sur le respect des délais de travails imputés pour un meilleur suivi des travaux assignés aux chercheurs.

À la sortie de l’évaluation, les évaluateurs ont décidé que l’impétrante pourra valablement jouir du reste de ces fonds, son bilan ayant été jugé recevable.