PASRES
  • PASRESBâtiment principal du Centre Suisse, qui accueille le Sécrétariat Exécutif du PASRES.
  • PASRESContribuer à l'émergence d'un Fonds National pour la Science, la Technologie et l'Innovation (FONSTI) en Côte d'Ivoire.
  • PASRESFinancer des projets de recherche dans divers domaines scientifiques.
  • PASRESPromouvoir le renforcement des capacités des chercheurs.
  • PASRESFaciliter les échanges Sud/Sud et Nord/Sud.
  • PASRESPromouvoir les résultats de recherche des structures de recherche par des appuis multiformes.
  • PASRESLe PASRES vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2019.
PASRES1 PASRES2 PASRES3 PASRES4 PASRES5 PASRES6 PASRES7
css slider by WOWSlider.com v5.5
Durée : -

Etude de l'émergence potentielle de la paragonimose suite à la consommation des crustacés vendus à Abidjan

Résumé

De nos jours, de plus en plus nombreux sont ceux qui voient dans le poisson et les crustacés, des substituts de la viande rouge, jugés meilleurs pour la santé et de prix relativement bas. En revanche, la consommation de poissons peut aussi être la cause d'infestation à trématodes, dont certains ont un intérêt pour la santé publique. En effet, la consommation de crustacés d'eau douce (crabes, écrevisses et crevettes) crus ou insuffisamment cuits, est à l'origine d'une anthropozoone parasitaire due à la Paragonimus. Une consommation accrue du fait de la dégradation du pouvoir d'achat est un risque potentiel de l'augmentation de l'infestation humaine par Paragonimus sp. De plus, dans ce pays où les symptômes de paragonimose sont souvent confondu à ceux de la tuberculose, le manque de diagnostique différentiel entre ces deux maladies, peut conduire à une utilisation abusive d'antibiotiques et contribuer ainsi à un développement de la résistance du bacille tuberculeux.
Cette recherche de trois années, vise dont à déterminer les facteurs de risque de cette trématodose, sa prévalence chez les patients dits tuberculeux, à évaluer surtout le taux d'infestation des différents espèces de crustacés consommées à Abidjan et à identifier les différents espèces de Paragonimus qui parasitent ces animaux. L'étude s'appuiera sur une des méthodes de diagnostics différentiels sur les tousseurs chroniques, sur une identification microscopique des œufs isolés de leurs scelles, crachats, sur une identification microscopique et moléculaire des métacenaires isolés des crustacés. De plus les facteurs socioculturels pouvant favoriser cette maladie en zone urbaine et rurale seront déterminés à travers une enquête transversale auprès de la population à risque. A terme, les facteurs de risque de cette maladie, la quantité sanitaire des crustacés consommés, les espèces de Paragonimus infestant ces produits de pêche et la prévalence de cette parasitose chez les patients dits tuberculeux seront connues.