PASRES
  • PASRESBâtiment principal du Centre Suisse, qui accueille le Sécrétariat Exécutif du PASRES.
  • PASRESContribuer à l'émergence d'un Fonds National pour la Science, la Technologie et l'Innovation (FONSTI) en Côte d'Ivoire.
  • PASRESFinancer des projets de recherche dans divers domaines scientifiques.
  • PASRESPromouvoir le renforcement des capacités des chercheurs.
  • PASRESFaciliter les échanges Sud/Sud et Nord/Sud.
  • PASRESPromouvoir les résultats de recherche des structures de recherche par des appuis multiformes.
  • PASRESLe PASRES vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2019.
PASRES1 PASRES2 PASRES3 PASRES4 PASRES5 PASRES6 PASRES7
css slider by WOWSlider.com v5.5

ACTUALITÉS :
Article Image
Posté le : 02/05/2019

SEANCE D’EVALUATION DE M. YAPO Assi Louis Martial


Ce vendredi 26 avril 2019 a eu lieu au Centre Suisse de Recherches Scientifique en Côte d’Ivoire, la séance d’évaluation de M. YAPO Assi Louis Martial à 10H00.

Cette séance a enregistré la participation des personnalités suivantes :

-Professeur ADOHI Krou Viviane, Présidente du Conseil Scientifique du PASRES et Responsable du Domaine Scientifique « Sciences Exactes » au Conseil Scientifique du PASRES 

-Docteur KOUASSI Benjamin, Représentant du Superviseur scientifique du lauréat

-Docteur SANGARE Yaya, Secrétaire Exécutif du PASRES

La réunion a été présidée par le Prof. ADOHI KROU Viviane, Présidente du Conseil Scientifique du PASRES. Après avoir planté le décor, la parole fut donnée premièrement au lauréat YAPO dont le projet s’intitule « Changement climatique en Côte d’Ivoire : impact sur la fréquence et l’intensité des événements extrêmes. »

Il a soutenu que la moyenne d’ensemble des modèles CORDEX représente bien la distribution spatiale et saisonnière de la précipitation journalière en Côte d’Ivoire. Cependant, il montre quelques erreurs (biais) à simuler la hauteur moyenne saisonnière au cours des saisons A.M.J et J.A.S . La moyenne des modèles présente un biais sec au cours de la saison A.M.J et un biais humide au cours de la saison J.A.S, alors qu’en saison O.N.D, elle représente correctement la hauteur de précipitation.

Son travail a pour objectif général d’évaluer l’impact d’un changement climatique d’origine anthropique sur la fréquence et l’intensité des événements extrêmes en Côte d’Ivoire. De manière spécifique il s’agit de quantifier l’impact à l’échelle nationale des événements extrêmes et plus généralement des changements climatiques. Ensuite de déterminer si les phénomènes extrêmes ont évolué en amplitude et en fréquence avec le changement climatique actuel. Enfin d’évaluer l’évolution passée à partir d’observation et l’évolution future des événements extrêmes à partir des simulations des modèles régionaux du projet CORDEX AFRICA au niveau de la Côte d’Ivoire. 

 En termes de complément d’informations, le représentant du superviseur scientifique a soutenu qu’en Côte d’Ivoire, il n’y a pas d’étude fiable et claire sur le changement climatique. Par conséquent, l’on se base sur des scénarios pour faire des recherches. Il a aussi souligné que le lauréat est un étudiant très assidu.

Quant au responsable du domaine scientifique, elle a soulevé le fait que le travail du lauréat soit trop scientifique et non pragmatique et qu’il est nécessaire d’aller vers les décideurs et sensibiliser les populations sur la question du changement climatique. 

Pour le Dr SANGARE, le lauréat devrait disposer de données d’autres pays de la sous-région afin de comparer et déduire comment la Côte d’Ivoire se comporte par rapport à la sous-région car le sujet sur le changement climatique intéresse tout le monde. 

A l’issu de l’évaluation, le comité d’évaluation a félicité le lauréat pour la qualité de son travail. Il a aussi recommandé au lauréat de prendre en compte les différentes observations et a décidé de poursuivre les décaissements de fonds.


Lire l'integralite



Article Image
Posté le : 17/04/2019

PROCLAMATION DES RÉSULTATS DE L’APPEL A PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE


Le mercredi 17 avril 2019, le Programme d’Appui Stratégique à la Recherche Scientifique (PASRES) a organisé la cérémonie de proclamation des résultats de l’appel à projet Partenariat Public-Privé (PPP).

Cette cérémonie a enregistré la participation des organes de la presse nationale, des chercheurs et des porteurs de projets éligibles à cet appel à projets PPP. L’objectif de cet appel à projets était de soutenir la mise en œuvre de projets impliquant les chercheurs et le secteur privé.

Deux (02) porteurs de projets ont été retenus pour la présentation de leurs projets jugés éligibles. Il s’agit du projet du Professeur ADOUBI Kopoin de l’INPHB (Yamoussoukro) impliquant la Société Textile Côte d’Ivoire (TEX-CI) et du projet de Docteur-Maître de Conférences KONAN Waidhet de UJLOG (Daloa) impliquant la Coopérative des Producteurs de Riz (COPRORIZ).

Le projet du Professeur ADOUBI Kopoin est intitulé : Réalisation et pilotage d’un prototype mobile de décontamination électrolytique des eaux résiduaires industrielles.

Celui du Docteur-Maître de Conférences KONAN Waidhet s’intitule : Optimisation de la production du riz dans le périmètre rizicole de Nana (Yamoussoukro).

Le mot de bienvenue a été suivi de l’allocution du Secrétaire Exécutif du PASRES qui a proclamé les résultats de cet appel à projets. Chaque porteur de projet éligible bénéficiera d’un financement de 30 000 dollars US pour la réalisation du projet de partenariat Public-Privé.


Lire l'integralite



Article Image
Posté le : 25/02/2019

SEANCE D’EVALUATION DE Mme DJOHORE Ange


Ce lundi 25 février 2019, a eu lieu au CSRS, la séance d’évaluation de Mlle DJOHORE Ange à 10h30 minutes. 

Ces séances ont enregistré la participation des personnalités suivantes :

- Professeur ADOHI Krou Viviane, Présidente du Conseil Scientifique 

- Professeur BIAKA Zasseli, Président du Comité de Pilotage 

- Professeur ZOUE Jérémie, Responsable du domaine scientifique Ingénierie et Technologie

- Professeur KONAN, Représentant du Superviseur Scientifique de Mlle DHOHORE

- Docteur SANGARE Yaya, Secrétaire Exécutif du PASRES

La réunion a été présidée par le Professeur ADOHI Krou Viviane, Présidente par intérim du Comité Scientifique du PASRES. Après avoir planté le décor, la parole fut donnée premièrement au lauréat Djohoré dont le projet s’intitule « Elaboration et caractérisation mécanique- hygrothermique de mortiers composites à base de fibres de coco et de paille de riz pour des maçonneries en blocs de terre ». 

Elle a soutenu qu'en Côte d'Ivoire par exemple, l’évolution de l’économie est fortement dépendante du secteur agricole. L’agriculture est vue alors comme le socle du développement. Chaque année, après les récoltes, on peut évaluer une grande quantité de résidus agricole qui n'a plus grand intérêt pour les cultivateurs et devienne encombrant.

Son travail a pour objectif principal de trouver un substitut aux fibres importées (filasse, chanvre lin…) dans l'élaboration de matériaux composites et montrer que les fibres de coco et de paille de riz, peuvent servir à améliorer la qualité du mortier pour les maçonneries de blocs de terre.

En termes de complément d’information, le superviseur scientifique a signifié que le travail a été haché en vue de présenter un contenu dans les délais. 

Quant au responsable du domaine scientifique, il a insisté sur l’intérêt de faire ressortir la nature des mortiers, ainsi que la proportion de l’utilisation des mortiers dans la construction en Cote d’Ivoire. IL a signifié également qu’il serait crucial d’intensifier le degré d’utilisation des matériaux mortiers dans nos fabrications de ciments. De même, aucune comparaison n’a été faite entre l’utilisation de fibres importés qui sont vraiment importantes. En plus des graphiques observés, il faudrait commenter, faire des hypothèses d’évolution des graphes en vue de les expliquer. Les résultats obtenus doivent toujours être soutenus par des chiffres, et des échelles. Enfin, il faut également ajouter des observations pour aider les populations à voir l’intérêt d’un tel projet. 

Pour le Professeur Biaka, l’évaluation de la production de cocotier en Cote d’ivoire s’impose dans la mesure où celle-ci servira à la fabrication de ciment. La tendance réelle du contexte social actuel est la construction des maisons en ciments, la construction en terre étant peu usitée. Dans la mesure où pour les populations, ce changement est synonyme de développement. En ce sens, il faut faire un état des lieux pour que les résultats soient valorisables. A son tour, le Professeur Adohi a soulevé le problème de la disponibilité de la matière première, ce qui pourrait mettre en péril les résultats d’un tel travail. 

A l’issue de l’évaluation, le comité d’évaluation a remercié la lauréate pour sa présentation. De même que le sérieux du travail accompli, tout en insistant sur la prise en compte des remarques soulevées.



Lire l'integralite