Atelier-Tra-Laetitia-1024x682.jpg

La gestion des boues des fosses septiques est un enjeu majeur auxquelles sont confrontés de nombreux pays africains, notamment la Côte d’Ivoire.  Pour contribuer à  l’amélioration de cette situation, un atelier s’est tenu le 13 septembre 2022 au Pôle Scientifique et d’Innovation de  Bingerville sur le thème : « Optimisation de la gestion des boues des fosses septiques de l’assainissement non collectif dans les milieux à faible revenu d’Afrique : Cas d’Abidjan en Côte d’Ivoire.”

Le projet de recherche est l’initiative commune du Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) en partenariat avec l’Ecole  Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB).

Pour Tra Ange-Laetitia, Investigatrice principale de ce projet de thèse, les résultats de cette étude permettront de contribuer à la gestion durable et inclusive des boues à l’échelle de la zone d’étude et pourront servir dans des contextes similaires.

L’étude se veut inclusive

Pour ce faire, ce projet envisage de développer des outils automatisés pour optimiser cette gestion dans la ville d’Abidjan. “L’étude se veut inclusive avec l’implication et la participation de toutes les parties prenantes pour des solutions durables”, explique-t-elle.

Mais cela ne pourrait se faire sans la mobilisation et l’engagement des tous les acteurs liés à cette thématique. Notamment les communautés cibles vivant dans la zone d’étude qui sont nécessaires dans le cadre de cette recherche, souligne-t-elle.

C’est en cela que les différents acteurs ont été mis à contribution lors des travaux au cours desquels ils ont fait des observations, remarques, suggestions et propositions concrètes  pour faciliter et améliorer la mise en œuvre du projet dans une démarche inclusive.

Ce sont notamment les directeurs et les représentants d’institutions impliquées dans l’assainissement, les leaders communautaires, mais également les représentants des Jeunes et des femmes dans les communautés.

L’étude a débuté en Août  2021 par une recherche bibliographique, des rencontres et échanges informels en vue  d’apprécier l’environnement, les différents acteurs et parties prenantes du secteur. Aussi, des  visites informelles ont été réalisées pour une meilleure connaissance de la zone d’étude. Cette  recherche se poursuivra avec la collecte de données socio-environnementales et l’analyse des  données de laboratoire. 

L’étude prendra fin en Octobre 2026 par un atelier de restitution des résultats du  projet à l’ensemble des parties prenantes. 

Pour rappel, Tra Laetitia fait partie de la première cohorte des 10 premiers-ères étudiant-e-s  du programme «100 PhD doctorats pour l’Afrique », de l’initiative conjointe EPFL-UM6P « Excellence in Africa ».


Aïssatou Fofana