PASRES
  • PASRESBâtiment principal du Centre Suisse, qui accueille le Sécrétariat Exécutif du PASRES.
  • PASRESContribuer à l'émergence d'un Fonds National pour la Science, la Technologie et l'Innovation (FONSTI) en Côte d'Ivoire.
  • PASRESFinancer des projets de recherche dans divers domaines scientifiques.
  • PASRESPromouvoir le renforcement des capacités des chercheurs.
  • PASRESFaciliter les échanges Sud/Sud et Nord/Sud.
  • PASRESPromouvoir les résultats de recherche des structures de recherche par des appuis multiformes.
  • PASRESLe PASRES vous souhaite une Bonne et Heureuse année 2018.
PASRES1 PASRES2 PASRES3 PASRES4 PASRES5 PASRES6 PASRES7
css slider by WOWSlider.com v5.5

ACTUALITÉS :
Article Image
Posté le : 22/02/2018

POINT DE PRESSE: lancement des 10 ans du PASRES animé par le Secrétaire Exécutif, Dr SANGARE Yaya



Monsieur le Président intérimaire du Comité de Pilotage du PASRES,

Madame la Présidente intérimaire du Conseil Scientifique,

Monsieur le Directeur Général du CSRS,

Mesdames et messieurs les enseignants-chercheurs,

Chers amis journalistes, partenaires de la Presse écrite, audiovisuelle et en ligne

Mesdames et Messieurs, en vos rangs, grades et qualités, 

Nous sommes heureux de vous accueillir dans le cadre de ce Point de Presse marquant le lancement de la célébration des dix ans du PASRES.

Avant tout propos, je voudrais rappeler que le PASRES est un Programme de soutien à la recherche, fruit de la coopération ivoiro-suisse, mis en place le 15 juin 2017.

Mais c’est véritablement en 2008 que nous avons démarré nos activités.

Les débuts n’ont pas été faciles car il a fallu mettre tout en place à partir de rien.

Nous avons bénéficié de l’appui important du CSRS et du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique pour le démarrage de nos activités dans de bonnes conditions. Nous les en remercions vivement.

Le CSRS est toujours à nos côtés comme agence d’exécution et le Ministère continue de nous soutenir sans interférence dans notre fonctionnement.

C’est important à souligner ! Aucun ministre, depuis CISSE Bacongo en passant par GNAMIEN KONAN et aujourd’hui BAKAYOKO-Ly Ramata, n’a interféré dans le fonctionnement des organes du PASRES.

Le PASRES est un programme autonome dont les décisions de financement dépendent exclusivement de la qualité scientifique des projets et de leur impact potentiel sur le développement du pays.

C’est donc le lieu pour moi de remercier tous ces ministres qui ont respecté notre autonomie.

De sa création à ce jour, ce Programme a financé au total 187 projets de recherche,

Dans 10 domaines scientifiques.

Ces domaines sont les suivants :

-Sciences Exactes

-Sciences Médicales

-Sciences Juridiques

-Sciences Economiques et de Gestion

-Sciences Humaines

-Environnement et Biodiversité

-Ingénierie et Technologie

-Energie

-Agriculture et Sécurité Alimentaire

-ONG

  Le PASRES, en plus du financement de projets, a :

-alloué des bourses à des jeunes chercheurs,

-renforcé les capacités des chercheurs en rédaction d’articles scientifiques,

-financé les déplacements des chercheurs pour participer à des colloques internationaux,

-équipé des laboratoires et stations de recherche,

-organisé des conférences sur des thématiques d’intérêt national.

Plus de 1000 chercheurs ont bénéficié des activités de soutien à la Recherche du PASRES en Côte-d’Ivoire au cours de ces 10 dernières années. 

Au terme de ces toutes ces réalisations au profit de la communauté scientifique nationale, le PASRES a décidé de consacrer l’année 2018 à la célébration de ses dix années d’existence autour du thème :

« 10 ans d’Appui à la Recherche et au Développement de la Côte d’Ivoire. »

Mesdames et Messieurs,

 Le PASRES accordent un intérêt majeur à la commémoration de ses dix ans.

Permettez-moi de rappeler le contexte dans lequel le PASRES a vu le jour :

Vous savez, la Recherche Scientifique en Côte-d’Ivoire est confrontée à deux handicaps structurels majeurs qui freinent son développement :

Le Financement et la Valorisation Economique des Résultats de Recherche.

Nous disposons de ressources humaines de qualité mais nos équipes de recherche éprouvent beaucoup de difficultés à obtenir des financements pour réaliser les projets de recherche qui pourraient être bénéfiques au développement de la Côte-d’Ivoire.

L’Etat fait déjà beaucoup d’efforts pour le traitement salarial des chercheurs mais alloue, malheureusement, très peu de ressources à la réalisation des projets de recherche.

Or pour développer la recherche, en plus de recruter et payer des chercheurs et enseignants-chercheurs, il faut permettre à ceux-ci, de pouvoir disposer, de façon compétitive, d’un financement régulier, pérenne, avec des procédures de décaissement adaptées pour réaliser des projets de recherche. 

Il convient de noter que, avant le PASRES, seul le domaine de la recherche agronomique bénéficiait d’un mécanisme de financement performant avec le FIRCA.

Le PASRES a donc été mis en place pour :

1-contribuer au financement régulier et pérenne de la recherche en Côte-d’Ivoire, notamment pour les autres domaines scientifiques autres que le domaine agronomique.

2-Former des Ivoiriens au management d’un fonds compétitif de la recherche

3-Aider le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à créer un Fonds National pour la Recherche et l’Innovation en Côte-d’Ivoire. 

Le PASRES est venu donc combler un vide !

Nous avons donc tant bien que mal essayé d’apporter notre modeste contribution au développement de la recherche en Côte-d’Ivoire.

Après dix années de fonctionnement, il est important que le Programme marque une pause pour faire le bilan scientifique et organisationnel de ses activités et dégager les perspectives pour les années à venir.

Nous prévoyons également d’honorer les personnalités qui ont contribué à la mise en place du PASRES à travers des remises de distinctions ou décorations.

Parce que c’est grâce à l’engagement et à la persévérance    de certaines personnalités ivoiriennes et suisses, que le PASRES a vu le jour et a pu bénéficier de ressources nécessaires au financement de la recherche scientifique en Côte d’Ivoire.

Nous pensons, avec respect et reconnaissance,

v  Aux Ministres : KONE Mamadou et CISSE Bacongo.

v  A l’Ambassadeur : Dominik LANGANBACHER

v  Aux Professeurs : Marcel TANNER, TOURE Abbah, CISSE Gueladio

v  Au Docteur KONATE Lamine 

Mesdames et messieurs, chers partenaires de la presse, 

L’objectif du point de presse de ce jour est d’informer la presse nationale et internationale de la célébration des dix ans du PASRES cette année et de procéder au lancement officiel des activités marquant cette célébration.

Après cette cérémonie de lancement, des activités entrant dans le cadre des dix ans du PASRES se dérouleront tout au long de l’année tant à Abidjan qu’à l’intérieur du pays. Au nombre de ces activités, on peut citer : 

v  Des Rencontres scientifiques internationales  

v  Des Ateliers de Formation dans les 6 Universités Publiques et quelques Centres de Recherche 

v  Des Journées scientifiques (Bilan scientifique du PASRES par Domaine scientifique) 

 

v  Des Conférences thématiques sur des sujets d’intérêt national

 

v  Des Prix à décerner

 

v  Une Cérémonie de Distinction

 v  Une évaluation externe du PASRES par une équipe ivoiro-suisse.

Pour ce qui est des Perspectives, nous souhaitons, au cours des prochaines années :

 

1-Mettre l’accent sur le financement de la recherche technologique.

Ces 10 dernières années, nous avons alloué la plus grande partie de nos ressources au financement de la recherche académique, à la recherche fondamentale.

Cette recherche est importante puisqu’elle permet la production de savoirs et aide  à la promotion académique des chercheurs mais l’impact sur le développement socio-économique du pays est faible.

Vous savez que le dernier rapport de la Banque Mondiale sur la Côte-d’Ivoire a clairement indiqué que le retard technologique affiché par notre pays et la faiblesse de l’innovation dans le secteur privé ivoirien constituent des obstacles majeurs au développement du pays.

Toujours selon la Banque Mondiale, les entreprises ivoiriennes dépensent moitié moins en recherche et innovation que leurs concurrentes africaines.

Or pour qu’il y ait Emergence économique de la Côte-d’Ivoire, il faut absolument que notre pays s’inscrive dans une dynamique d’innovation technologique à l’instar des pays du Sud Est Asiatique, recommande la Banque Mondiale.

Le PASRES souhaite participer activement à cette dynamique d’innovation technologique au cours des prochaines années dans le cadre de partenariats entre la recherche et le secteur privé. 

2- Opérationnaliser, avec l’aide du Fonds National Suisse, le Fonds National pour la Science, la Technologie et l’Innovation qui vient d’être crée par la Côte-d’Ivoire.

La Côte-d’Ivoire a besoin d’un grand Fonds dédié au financement de la Recherche et de l’Innovation pour accompagner son développement et combler le retard technologique mentionné  par la Banque Mondiale.

Avec l’appui du PASRES, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique vient de créer un Fonds qui est en voie d’opérationnalisation.

Nous allons continuer à travailler avec le Ministère pour que ce Fonds devienne rapidement opérationnel et soit dotée de ressources suffisantes pour améliorer les performances de la Côte-d’Ivoire en Recherche et Innovation.

Le PASRES a été mis en place pour servir d’embryon à ce Fonds National dans le cadre de la cadre de la coopération scientifique entre la Côte-d’Ivoire et la Suisse.

Le Gouvernement Suisse est disposé à continuer à nous aider pour le fonctionnement de notre Fonds National et nous dévons saisir cette opportunité pour bénéficier de l’expertise Suisse en matière de financement de la Recherche.

Mesdames et messieurs,

 

Je voudrais clore mes propos en invitant nos partenaires de la presse à nous accompagner durant toute l’année 2018, dans le cadre du déroulement des activités de célébration de nos  dix( 10)  ans, pour une plus grande visibilité de la Recherche en général et du PASRES en particulier.

 

C’est sur cette invitation que je lance officiellement les activités de célébration des dix (10) ans du PASRES.

 

Je vous remercie.

LE SECRETAIRE EXECUTIF DU PASRES

Dr SANGARE Yaya


LES PERSPECTIVES

 1-   Nous voulons,

2-    pour ls prochaines années , mettre l’accent sur le financement de la recherche technologique.

Ces 10 dernières années, nous avons alloué la plus grande partie de nos ressources au financement de la recherche académique, à la recherche fondamentale.

Cette recherche est importante puisqu’elle permet la production de savoirs et aide  la promotion académique des chercheurs mais l’impact sur le développement socio-économique du pays est faible.

Vous savez que le dernier rapport rapport de la Banque Mondiale sur la Côte-d’Ivoire a mis l’accent sur le retard technologique de notre pays et la faiblesse de l’innovation dans le secteur privé ivoirien.

Or pour qu’il y ait Emergence, il faut que la Côte-d’Ivoire s’inscrive dans une dynamique d’innovation technologique comme les pays du Sud Est Asiatique.

Le PASRES souhaite participer activement à cette dynamique d’innovation technologique au cours des prochaines années. 

2-Operationaliser, avec l’aide du Fonds National Suisse, le Fonds National pour la Science, la Technologie et l’Innovation qui vient d’être crée par la Côte-d’Ivoire.

La Côte-d’Ivoire a besoin d’un grand Fonds dédié au financement de la Recherche et de l’Innovation pour accompagner son développement et combler le retard technologique soulevé par la Banque Mondiale.







Lire l'integralite



Article Image
Posté le : 16/02/2018

CÉRÉMONIE DE LANCEMENT DE L’APPEL A PROJET PORTANT SUR ÉLABORATION D’UN INDICE DE LA VIE CHERE/COUT DE LA VIE


Le lundi 12 février 2018, aux alentours de 14H00, le Ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME a procédé au lancement de l’appel à projet portant sur l’élaboration d’un indice de la vie chère/coût de la vie.

Le Ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, monsieur Souleymane DIARRASSOUBA, lors d’une Conférence de Presse dans les locaux de son Ministère, a déclaré ouverte la période des offres portant sur l’élaboration d’un indice de la vie chère/coût de la vie.

En effet, selon le monsieur le Ministre, plusieurs actions ont été menées par le gouvernement en vue de l’amélioration des conditions de vie de la population. Cependant, celle-ci continue de se plaindre du coût, de la cherté de la vie. C’est donc après un constat de la récurrence de ces plaintes, que le gouvernement a décidé de lancer cet appel en vue de disposer d’un indicateur basé sur des mesures scientifique du coût de la vie.

Sont concernés par cet appel, le Centre Ivoirien de Recherches Economiques et sociales (CIRES), l’Institut National de la Statistique (INS), la Cellule d’Analyses de Politiques Economiques du CIRES (CAPEC), Bloomfield Investment, l’Institut d’ethno-sociologie (IES), le Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD) et l’Ecole National de Statistique et d’Economie Appliquée (ENSEA).

Il s’agit donc d’un appel à projet restreint, c’est-à-dire concernant uniquement les structures suscitées.

Ainsi, selon le chronogramme, elles auront jusqu’à la fin du mois de février pour déposer leurs offres.

Le dépouillement suivi de l’évaluation des offres et de la proclamation des résultats est prévu pour le mois de mars 2018.

La livraison de la première mouture de l’indice au gouvernement pour observation se fera fin juin 2018.

Les ateliers de restitution et d’intégration des observations se feront dans la période de juillet à août 2018.

La livraison de la mouture définitive de l’indice au gouvernement est prévue pour fin septembre 2018.


Lire l'integralite